125 ans de Bulgari au Grand Palais : l'art du storytelling

Le 9 décembre dernier avait lieu l'inauguration de l'exposition "Bulgari, 125 ans de magnificence italienne", dans le magnifique écrin du Grand Palais à Paris. L'événement valait le détour : ce n'est pas tous les jours qu'une marque vous convie dans un des joyaux de la capitale pour exposer les siens. Au-delà du savoir-faire de la marque et de la beauté de la joaillerie exposée, Bulgari a surtout été particulièrement habile dans l'art de nous raconter sa marque, au travers d'une mise en scène particulièrement soignée et une articulation "communication" joliment soignée. L'Italie nous offre pour les fêtes une vision presque "Félinnienne" du storytelling, "un voyage unique au cœur de l'art, de la couleur, des gemmes, du luxe, du monde du cinéma et de l'histoire." ...et moi je vous offre 4 entrées pour visiter cette exposition !

La nef du Grand Palais fait partie de ces lieux qui, quoi qu'il s'y passe, offrent au visiteur un moment magique. Lorsque l'on y associe une marque de renom comme la maison Bulgari, le mélange vous transporte. Pour fêter en grande pompe ses 125 ans (!), la marque pose ses couleurs à Paris jusqu'au 12 janvier 2011, avec pour objectif d'exposer au plus grand nombre son histoire, sa créativité et son prestige pour la première fois dans la Ville Lumière. Au programme, les chapitres les plus importants de l'histoire et du design de la célèbre Maison depuis l'ouverture de la première boutique Via Sistina à Rome en 1884 jusqu'à nos jours. Une véritable saga illustrée par plus de 600 chefs-d’œuvre de joaillerie, d’horlogerie et d’arts décoratifs, dont une centaine de pièces exclusives, présentées pour la première fois au grand public nous donnent ainsi l'illusion d'avoir, le temps de l'événement, nos propres "joyaux de la couronne"...

En entrant dans le Grand Palais, la scénographie de Fabien Iliou en impose : construite en étoile, la structure est une sorte de gigantesque écrin noir, qui renferme en son centre un diamant noir reflétant le dome de la nef du Grand Palais. Bulgari articule son exposition autour de huit parties, classées par ordre chronologique (de la fin du XIXe à nos jours), avec plusieurs espaces thématique consacrés à des moments décisifs de l'histoire de la Maison. L'un des clous de l'exposition est incontestablement la collection privée d'Elizabeth Taylor, dont plusieurs pièces sont inestimables...

Storytelling : Bulgari à travers les époques

Vous vous en doutez peut-être un peu, mais ce qui brille ne m'attire pas plus que ça. Non, les bijoux c'est pas mon truc (quelques belles photos néanmoins à voir ici). Pourtant cette expo à quelque chose de magique : au-delà des pièces exceptionnelles présentées, c'est toute l'histoire que celles-ci illustrent qui a quelque chose de magique. Les véritables stars de l’exposition sont évidemment les créations, mais la valeur ajoutée de ce travail de rétrospective réside dans tout ce qui vit au travers de leur histoire, et l'histoire de celles qui les ont portées : Anna Magnani, Monica Vitti, Claudia Cardinale, Sofia Loren, Romy Schneider, Ingrid Bergman, Gina Lollobrigida ou bien l’Impératrice de Perse Soraya, autant de noms et de figures qui ont façonné les époques.

Mais avant de se laisser rêver à l'époque en Technicolor de Liz Taylor ou de Grace Kelly, l'histoire même d'une marque portée toujours et encore par la même famille mérite elle aussi que l'on s'y attarde. À l'origine, les Boulgaris (italianisé en Bulgari) étaient une famille d'orfèvres grecs, originaires du petit village de Kalarites, dans les montagnes de l'Épire en Grèce, où l'un des fils, Sotirios, réalise des pièces précieuses d'orfèvrerie en argent. 125 ans après Sotirios, la famille reste toujours présente au commandement de ce fleuron du luxe italien, renforçant l'idée que dans ce secteur, les marques dynastiques ont très souvent un cachet supplémentaire d'âme et d'authenticité.

Finalement, toute marque devrait se poser la question de la pérennisation, de la valorisation de son histoire ou de ses histoires... Le storytelling a indéniablement un bel avenir.

Diamonds are forever, mais l'exposition est éphémère. Courrez-y, c'est jusqu'au 12 janvier !

Je vous propose 4 entrées à gagner,
en laissant un commentaire à la suite de cet article. 

>> Conditions de participation : n'oubliez pas d'indiquer votre adresse mail dans votre commentaire ! Les 4 gagnants seront tirés au sort le 30/12.


Informations pratiques :

BULGARI – 125 ans de Magnificence Italienne
Du 10 décembre 2010 au 12 janvier 2011
Au Grand Palais de Paris – Avenue Winston Churchill – 75008 Paris

Métro Champs Elysées Clémenceau     `
Ouvert tous les jours de 10h00 à 20h00, jusqu’à 22h00 les mercredis, vendredis et samedis
Entrée : plein tarif 12€ - Tarif réduit 10€ - gratuit pour les moins de 10 ans

Plus d'infos sur le site dédié.

8 posts:

FlexyTrendy

Wow la classe. ! Au_ delà de la marque de luxe (vêtements, parfum) cette expo nous rappelle qu il s agit avant tout d une grande référence de joallerie qui a accompagné les divas du XXè siècle

misskarolyn

J'aimerai beaucoup aller voir cette expo !

Basile

Une expo à Paris, et particulièrement celle-ci, ca ne se refuse pas ! Merci pour le "concours" !

Nicolas
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nicolas

J'adorerais pouvoir monter sur Paris pour me rendre à cette événement.
Me faire offrir une entrée me ferais d'autant plus plaisir, afin d'inviter mes amis à partager ma passion...

.albin

Et bien pourquoi pas :-)
L'expo semble assez sympa !

.albin

Musée-oh!

Merci pour cet article très intéressant qui donne vrt envie de visiter cette expo ! Pour poursuivre cette réflexion du storytelling, un livre à ne pas manquer : Christian Salmon, "Storytelling, la machine à fabriquer des histoires". Très instructif qui changera votre regard sur la société !!
Claire du blog Musée-Oh!

Nicolas [Z-Factory]

Avec un peu de retard, voici donc les heureux gagnants !
- misskarolyn
- Basile
- Nicolas
- .albin

Félicitations à vous !
J'attends vos adresses postales pour vous envoyer au plus vite les entrées.

Nicolas.

Haut de page