[Publicité] Tourisme en Tunisie : révolution et détournements

La révolution du jasmin continue de libérer les esprits créatifs en Tunisie. Depuis la chute de Zine El Abidine Ben Ali, les agences de pub ne cessent de surfer sur la thématique de la révolution, de la liberté et du pouvoir au peuple pour vendre voitures, yaourts ou encore forfaits de téléphonie mobile. Même la tant attendue campagne de communication pour soutenir la relance du tourisme tente de capitaliser sur l'actualité récente du pays. Avec cependant pour objectif de désamorcer toutes les idées reçues qui pourraient subsister à l'évocation d'un pays dont toutes les télévisions ont relayé les images de révoltes...


L'Office national du tourisme tunisien a donc dévoilé début mai la nouvelle campagne pour relancer le tourisme en Tunisie. Selon l'OFTT, le gouvernement a débloqué une enveloppe de trois millions d'euros pour cette campagne (soit une hausse de 70% par rapport au budget 2010). Conçue par l'agence tunisienne Memac Ogilvy Label pour tourner la page et séduire les visiteurs, celle-ci utilise l'humour, un brin décalé, en proposant 3 visuels cultivant le décalage entre la situation réelle du pays et se qui se dit en Europe, avec à chaque fois pour signature : "A vous de voir".

Le premier visuel montre les ruines de Dougga avec l'accroche "On raconte que la Tunisie est un champ de ruines".



Le second visuel adopte pour slogan "On dit qu'en Tunisie les balles fusent" et s'illustre avec une photo d'un green rempli de balles de golf .


Enfin, le dernier visuel présenté montre un homme en pleine sieste, surmonté de la phrase "il paraît qu'en Tunisie, la tension est à son comble".


La campagne sera déclinée en presse, en affichage et arrivera sur les chaines de télévision à partir du 10 juin. "Notre campagne mettra en valeur ce que nous avons de plus cher, le capital humain libéré et souriant avec son ouverture d'esprit, son caractère attachant. Elle montrera un pays libre et pacifique qui veut partager sa renaissance avec les voyageurs du monde entier" a déclaré Habib Ammar, le nouveau directeur général de l'ONTT.


On aime, on n'aime pas, ou on parodie.

Cette campagne n'est pas du goût de tout le monde, alors qu'un couvre-feu a été réinstauré il y a quelques semaines. "Il sera très vite levé", selon Habib Ammar. "Notre pays est sûr, toujours beau et accueillant… Et en plus, les habitants sont libres ! C'est un moment magnifique pour venir le visiter." Jouer de l'humour avec cette campagne peut paraître en décalage avec l'ampleur des événements de ces derniers mois, mais le pari semble fonctionner. A tel point que la consécration parodique ne s'est pas faite attendre. Voici quelques-uns de ces détournements, contrepieds absolus de la campagne de l'OFTT, débusqués sur Internet :








Alors, prêts pour aller en Tunisie ?

Sources : 20minutes.fr, MadWatch, @MaherTekaya (son blog : "Le jour d'après")

3 posts:

نسيم ميلود

Un décryptage sympa ! La révolution se mange à toutes les sauces ... Intelligent comme détournement !
Joli focus Mister Z

heroline

Je trouve qu'il y a un parti pris un brin manipulatoire dans la manière dont vous rédigez cet article : pourquoi mettre en premier un des visuels parodiés de la campagne ? Pourquoi ne l'expliquer qu'après et encore pas explicitement ?

(cf. "il parait qu'en Tunisie les hôtels sont complets")

En fait, les parodies ne vous servent pas seulement à légitimer votre propos à la "regardez, je suis pas le seul a avoir été gêné par cette campagne". Mais elles vous permettent de gêner votre lecteur à priori, avant qu'il ne lise le billet et ainsi de lui faire prendre votre parti. Et si certains ont le recul pour se dire "j'avais vu cette campagne mais pas cette déclinaison là", la première impression a eu un tel impact que le reste n'est que littérature.

Nicolas [Z-Factory]

Bonjour Heroline.

Je reconnais que le choix du visuel en début d'article est volontairement racoleur, mais il est également en lien avec le titre de mon post (pas de fausse promesse : je parle bien de la communication post-révolution, puis des détournements).

Cependant, mon propos n'est à aucun moment de dire "regardez, je suis pas le seul a avoir été gêné par cette campagne", bien au contraire. Il me semble avoir bien détaillé mon point de vue :
- la campagne me séduit, est audacieuse,
- le fait qu'elle soit parodiée montre que le ressort créatif est efficace.

Désolé si la façon d'amener les choses dans cet article à pu vous gêner. Mon but était surtout d'apporter un éclairage suffisamment objectif pour que chacun puisse se faire une idée.

Merci pour votre commentaire en tout cas !

Haut de page